Blog »

L'Alchimie Matinale

Le 9 décembre 2003

Il s'approcha, avec un entrain légèrement altéré par un sommeil encore proche, de ses instruments étonnants. D'un geste sûr, il attrapa un flacon hermétiquement fermé, dosa minutieusement la poudre qu'il contenait, et la déposa avec soin au coeur d'un de ces instruments dont il connaissait les secrets. Penché sur une jauge peu lisible, il ajouta un liquide et pour une raison que lui seul pouvait dire, s'arrêta aux deux-tiers de la première marque visible.

Il activa alors la distillation, et le liquide commença son lent écoulement, goutte à goutte, à travers les circuits de l'alambic, partiellement couverts de chaux des pèlerins ; l'imbibation de la poudre progressant, un filet d'une solution noirâtre tombait de la cornue supérieure, remplissant la vasque sur laquelle le liquide chaud forma une épaisse buée.

Plic... plic..... plic... Que le liquide eût fini sa longue digestion, ou que l'impatience de cet alchimiste de pacotille eût pris le dessus, il versa le contenu de la vasque dans son gobelet, et sans crainte, but patiemment sa décoction, accompagnée d'une tartine de pain grillé.