Blog »

Pour l'amour de l'art

Le 28 avril 2003

Tapie, discrète, presqu'invisible ; bruyante, tapageuse, immanquable ; la création artistique est imprévisible, variable, indéfinissable. Mais ce qui la rend étonnante, vivifiante, c'est lorsqu'elle apparaît dénuée de sens, vaine, uniquement consacrée à elle-même, hors des intérêts pécuniaires ou de gloriole auxquels le cynisme de nos sociétés tant à la pousser, à la réduire.

Pourquoi l'être humain, cet animal à peine intelligent, s'évertue-t-il à s'adresser des messages dans des signifiants incroyablement plus riches et plus complexes que leurs signifiés ? Comment ce magma de velléités, de rancoeurs, de non-dits peut-il engendrer des éruptions de beauté, de nouveauté, de fascination ? Et au contraire, quelle place reste-t-il à cet imprévu dans un "art" qui ne cherche qu'à séduire un (son) public déjà acquis ?

La création artistique vaine aboutit parfois (trop souvent) à des oeuvres vaines ; mais la beauté de la création transcende parfois (trop rarement) ses conséquences.

A lire : une vue d'ensemble sur la question de la création artistique en philosophie