» Nouvelles fraîches

30 December 2010

Livre sur le Web mobile

Couverture du livre

Je viens de recevoir par la poste 15 exemplaires d’un même livre. La raison de cette multiplicité est que je suis l’un des auteurs du livre en question, consacré au développement et à la conception pour le Web mobile, et intitulé Relever le défi du Web mobile.

Le livre est disponible en version électronique depuis environ une semaine, mais tenir entre ses mains le résultat de nombreuses heures de travail donne à n’en pas douter une réalité bien plus concrète à ces efforts.

Le livre devrait être aussi présent d’ici peu dans les libraires, réelles et virtuelles ; il est apparemment d’ores et déjà à la librairie de notre éditeur, Eyrolles.

Compte tenu du public concerné relativement réduit, et des faibles pourcentages reversés aux auteurs, il y a peu de chances que les droits d’auteurs remplissent mon porte-monnaie de manière significative. En revanche, l’écriture du livre fut elle-même une expérience extrêmement enrichissante ; d’avoir pu la réaliser avec François, mon compère/co-douche et désormais co-écrivain, l’a rendu particulièrement plaisante.

Mon frère Bernard a par ailleurs accepté de l’illustrer avec ses pingouins, ajoutant une touche d’humour à un contenu assez technique — bien que je doive confesser n’avoir pas résisté à y truffer quelques jeux de mots désolants.

Le temps consacré à cet exercice explique en partie le relatif silence sur ce site ; mais la multiplication des canaux d’expression (Facebook, Twitter), de projets annexes rend assez probable que ce rythme moindre soit désormais plus la règle que l’exception.

Référence

Posté à 11:26

12 May 2010

Stendhal mudéjar

Visiter en une seule journée l’Alcazar et la maison de Pilate de Séville, c’est s’exposer de manière presqu’assurée au syndrome de Stendhal !

L’Alcazar, palais royal mêlant architectures chrétiennes et musulmanes – avec un net avantage à ces dernières – submerge ses visiteurs sous la richesse des details de chacune de ses pièces. L’ombre y joue avec la lumière, l’eau avec la pierre, le bois avec les azulejos. Les jardins, surprenants par leur surface au cœur du centre historique, continuent de grignoter l’équilibre mental des imprudents promeneurs qui se laisseraient envoûter par les parfums de fleurs d’orangers et de rosiers, prisonniers des arbres centenaires, humectés par l’eau des fontaines.

La maison de Pilate, aux dimensions presqu’intimes comparées à celle du palais royal, alterne patios et jardins, renaissance et mudéjar sous une averse de bougainvilliers et de rosiers grimpants.

Difficile de faire face au XXIème siècle après un tel plongeon !

Référence

Posté à 09:06

10 May 2010

Le Flammenco de l’Arlésienne hermétique

Détail de décoration murale dans un palais sévillan

Il y a quelque onze années, profitant d’une dizaine de jours de vacances, je partais faire un tour d’Espagne avec trois amis : Girone, Barcelone, Valence, Cordoue, Grenade, Tolède, Salamanque, et Burgos. Mais nous avions dû éviter Séville, prise dans la tourmente de sa Semaine Sainte.

Depuis, l’Andalousie avait figuré de nombreuses fois aux programmes de nos vacances, mais toujours pour finir par en être évincée, par des circonstances peu propices ou des exigences trop poussées.

Nous voici enfin dans la capitale du flammenco, dont le dédale du quartier historique n’est pas sans rappeler les médinas des capitales impériales marocaines, et qui sous un soleil éblouissant, regorge de trésors dont beaucoup nous restent à découvrir, mariages assumés de cultures millénaires.

J’attends, avec une impatience un peu risquée, mes retrouvailles à venir avec Grenade…

Référence

Posté à 05:05

4 March 2009

De retour de Fès

Après avoir annulé à la dernière minute nos vacances prévues en Martinique, pour cause de grèves générales, nous avons changeons notre fusil d’épaule pour une destination moins lointaine mais non moins exotique, Fès, au Maroc.

Nous avions déjà emmené Mathias à Marrakech à la même époque, et y avions adoré la gentillesse de l’accueil local, le dépaysement de la médina, et la douceur de l’hiver du sud marocain.

Les trajets

Fès est à deux heures en ligne aérienne directe depuis Marseille, déservie par deux compagnies à bas coût, Ryan Air et Atlas Blue ; c’est sur cette dernière que nous avons voyagé, avec un billet réservé pour un moindre coût via la Royal Air Maroc (la compagnie mère d’Atlas Blue) – allez comprendre…

Notre vol de départ a eu trois heures de retard, pour le plus grand bonheur de Mathias qui en a profité pour découvrir le bonheur des grands espaces aéroportuaires ! Bonheur qui a malheureusement pris fin pendant le vol, où tétine et lecteur de DVD n’ont pas suffi à limiter la fatigue et l’ennervement accumulé pendant ces errances à l’aéroport.

Alors que Mathias du haut de ces cinq mois semblait émerveillé à l’arrivée à Marrakech l’an passé, c’est du coup un bébé de presque 18 moins tout à fait inconsolable qui a débarqué à Fès en milieu d’après-midi, après s’être endormi durant la manoeuvre d’atterrissage, et avoir bien entendu été réveillé peu après.

Le vol retour avant-hier, s’il avait lui aussi du retard (près de deux heures) s’est déroulé nettement plus paisiblement.

Le logement

Nous avions réservé au Riad Baraka, dans le quartier Batha de la tentaculaire medina de Fès. Le riad et ses suites sont tout à fait magnifiques, centré autour d’une cour avec piscine (qui ferait donc de lui plutôt un Dar qu’un Riad), et où nous avons été accueilli très gentillement par l’équipe locale.

Seul petit regret : les chambres aux plafonds extrêmement hauts étaient difficiles à chauffer convenablement, et plus encore l’étaient les salles de bains – bien que Fès soit un peu plus chaud que la côte d’azur française, les nuits y sont tout de même très fraîches – brrrr.

Les joyaux de la medina

La tortueuse medina de Fès recèle bien des joyaux, en plus ou moins bon état de conservation : dars, riads, foundouks, medersas et palais soit entièrement rénovés, soit laissés plus ou moins à l’abandon.

Cachés au milieu des souks dont les parfums alternent entre les délices de la menthe fraîche, de la fleur d’oranger et des épices, et les puanteurs des tanneries, des ânes et mulets qui constituent presque le seul moyen de déplacer de lourdes charges au milieu de ce labyrinthe, ces bijoux architecturaux et les vues époustouflantes que réservent certaines de leurs terrasses donnent à la medina un cachet d’exotisme et de dépaysement absolument fabuleux.

Le contraste entre la grandiloquence des palais et la pauvreté de nombre des habitants de la medina est saisissant, émanant de gloire passée, mais certainement pas de déclin.

La visite du Palais Glaoui, abandonné depuis 50 ans et tenu hors d’état de ruines par Abdelkhalek Boukhars, artiste peintre et petit-fils de l’intendant des propriétaires d’alors, restera comme une illustration marquante de ces contrastes dont la ville regorge.

Les touristes n’affluent pas encore dans la ville, si bien que la pression touristique reste relativement limitée, hormis autour de certains monuments. L’hospitalité et la gentille des marocains que nous avions apprécié à Marrakech n’a pas été du tout démentie à Fès – en particulier, voyager avec un bébé n’est non seulement pas inquiétant, mais permet au contraire d’établir des liens avec un grand nombre de locaux.

Evidemment, la presque totalité des locaux me pensaient moi-même marocain (assez spécifiquement de Rabat ou Casablanca, apparemment), ce qui a servi plus d’une fois de début de conversation…

Autour de Fès

Deux excursions principales hors de la ville : l’une réalisée via une agence de voyage locale vers le Moyen-Atlas, avec un chauffeur-guide pour la journée – un peu décevante dans l’ensemble ; l’autre, organisée par nos soins avec l’aide d’un “grand taxi” local, vers Volubis, Moulay Idriss et Meknès, beaucoup plus réussie, malgré un accrochage routier sur le chemin du retour.

Les photos

sont disponibles

Référence

Posté à 12:07

17 February 2009

Télé Nimbustier.net

La vidéo débarque sur Nimbustier.net: ces quelques “albums” vidéo, dont certains remontent au début des années 1980, sont en accès protégé – mais que les lecteurs que je connais n’hésitent pas à me contacter pour obtenir les très secrets mots de passe qui protègent ces trésors…

Référence

Posté à 10:04